Découvrez les athlètes

Découvrez les athlètes

Maintenant que vous savez à quel point ils s’entraînent,
apprenez-en plus sur leurs histoires.
Maintenant que vous savez à quel point ils s’entraînent,
apprenez-en plus sur leurs histoires.

Découvrez une partie des équipes féminine et masculine de basketball en fauteuil roulant Découvrez une partie des équipes féminine et masculine de basketball en fauteuil roulant

Nik Goncin S’ouvre dans une nouvelle fenêtre occupe une place importante dans l’équipe masculine canadienne de basketball en fauteuil roulant. Ex-joueur de basketball conventionnel, il s’est tourné vers le basketball en fauteuil roulant après avoir perdu sa jambe gauche des suites d’un cancer.Ayant remporté l’argent aux Jeux parapanaméricains 2015 de Toronto, son équipe et lui-même prévoient poursuivre sur leur lancée à Rio cette année. Ne laissez pas passer la chance de les voir se mesurer à leurs plus redoutables rivaux des États-Unis et de l’Australie, et constatez à quel point leur discipline de deux entraînements par jour saura porter fruit. EN SAVOIR PLUS

Jamey Jewells S’ouvre dans une nouvelle fenêtre , Cindy Ouellet S’ouvre dans une nouvelle fenêtre et Katie Harnock S’ouvre dans une nouvelle fenêtre ne sont que trois des membres de l’infatigable Équipe fÉminine canadienne de basketball en fauteuil roulant. Et elles ont tout ce qu’il faut pour le prouver.Elles sont revenues avec l’or des Championnats du monde 2014 et avec l’argent des Jeux parapanamÉricains 2015 de Toronto. Ne les manquez pas cette annÉe, à Rio, oÙ elles visent un podium pour la cinquiÈme fois en sept ans de Jeux paralympiques. EN SAVOIR PLUS

Découvrez une partie de l’équipe canadienne de paranatation Découvrez une partie de l’équipe canadienne de paranatation

L’un des principaux espoirs canadiens de médailles paralympiques, Benoît HuotS’ouvre dans une nouvelle fenêtre est déjà fort d’une expérience sur la scène internationale. En quatre Jeux paralympiques, pas moins de 19 médailles lui ont été remises.Né avec une malformation au pied droit limitant sa mobilité, Benoît a appris qu’avoir un cercle de personnes de confiance est la clé du succès. Cela, conjugué à plus de 30 heures d’entraînement par semaine. Surveillez les lignes d’arrivée du 200 m quatre nages individuel, du 400 m nage libre et du 100 m dos, vous devriez le voir arriver assez vite. EN SAVOIR PLUS

Même si Aurélie S’ouvre dans une nouvelle fenêtre est née avec un handicap à la main gauche, rien ne l’a empêchée d’atteindre ses objectifs. Aux Jeux parapanaméricains de Toronto en 2015, elle a récolté six médailles d’or en plus d’établir un nouveau record du monde au 100 m nage libre.À seulement 16 ans, aux Jeux paralympiques de Londres en 2012, elle décrochait déjà l’argent. Cette année, elle soulève encore plus d’espoir aux jeux de Rio. Soyez là pour voir ses efforts récompensés lors de ses spécialités : les 50 m, 100 m et 400 m nage libre et le 200 m quatre nages individuel. EN SAVOIR PLUS

Découvrez une partie de l’équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant Découvrez une partie de l’équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant

Après avoir remporté l’or aux Jeux parapanaméricains 2015 et l’argent aux Jeux paralympiques 2012 de Londres, Cody Caldwell S’ouvre dans une nouvelle fenêtre, Miranda Biletski S’ouvre dans une nouvelle fenêtre, Zak Madell S’ouvre dans une nouvelle fenêtre, Trevor Hirschfield S’ouvre dans une nouvelle fenêtre et Patrice Dagenais S’ouvre dans une nouvelle fenêtre ont soif de victoires. Il sera spectaculaire de les voir, entourés du reste de l’équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant, affronter leurs plus coriaces adversaires venus des États-Unis et de l’Australie.Une démonstration de force, acquise en s’entraînant 6 jours par semaine, 3 heures par jour. Vous verrez, ce n’est pas pour rien que le rugby en fauteuil roulant est aussi connu sous le nom de Murder Ball. EN SAVOIR PLUS

Découvrez une partie de l’équipe canadienne de paracyclisme Découvrez une partie de l’équipe canadienne de paracyclisme

Après avoir appris par son médecin que l’activité physique pouvait s’avérer un bon moyen de ralentir les effets de son trouble neurologique, ROSS WILSON S’ouvre dans une nouvelle fenêtre a sauté sur son vélo et ne s’est pas arrêté depuis. En 2012, en plus d’avoir perdu 45 kilos, il était en voie de rafler une médaille de bronze à la Coupe du monde d’Espagne 2014, des médailles d'argent aux Championnats du monde de paracyclisme sur piste 2015 et 2016, en plus d’établir un nouveau record canadien dans l’épreuve de poursuite masculine individuelle, classification C1.Vous pouvez en espérer autant de lui à Rio, où son entraînement quotidien lui permettra certainement de ramener plus de médailles à la maison. Surveillez-le dans le peloton de tête lors de ses épreuves de prédilection : le 3 km poursuite sur piste individuel et le 15 km contre-la-montre sur route individuel. Et si vous souhaitez en savoir plus sur les efforts qu’il s’apprête à déployer, tentez de le suivre dans son épique vidéo d’entraînement : vous ne pourrez croire que Ross est, de plus, paralysé des genoux jusqu’aux pieds. EN SAVOIR PLUS

Découvrez une partie de l’équipe canadienne de para-athlétisme Découvrez une partie de l’équipe canadienne de para-athlétisme

Connue comme l’une des para-athlètes canadiennes les plus polyvalentes en athlétisme, Becky Richter S’ouvre dans une nouvelle fenêtrese tient très occupée en s’entraînant six jours par semaine, au moins deux fois par jour. Elle partage ses heures d’entraînement entre le lancer du disque et de massue et les 100 m, 200 m, 400 m, 800 m et 1500 m en fauteuil roulant.Sa grande discipline lui aura valu l’or au lancer de massue et le bronze à celui du disque aux Jeux parapanaméricains de 2015. Cette année, son objectif est d’ajouter quelques médailles de plus à son impressionnante collection. Quand elle n’est pas à l’entraînement, Becky soutient régulièrement des patients en réadaptation et partage généreusement son vécu sur le retour à un mode de vie actif à la suite de l’accident de voiture qui l’a rendue quadriplégique. EN SAVOIR PLUS

Pam LeJean S’ouvre dans une nouvelle fenêtre se révèle comme l’une des meilleures lanceuses canadiennes de para-athlétisme. Elle connaît la gloire après avoir remporté l’or au lancer du poids aux Jeux parapanaméricains 2015 de Toronto et l’argent aux Championnats du monde de l’IPC, la même année. Elle espère continuer sur sa lancée à Rio, où elle compétitionnera au lancer du poids, classification F53.Voyez-la à l’œuvre sur le terrain et vous comprendrez pourquoi elle s’entraîne jusqu’à trois heures par jour. EN SAVOIR PLUS